Vespérale de lecture de poésie taïwanaise

« La poésie féminine taïwanaise : vivifier l’imaginaire insulaire »

MARDI 15 JUIN 2021
15H-17H

EN VISIOCONFÉRENCE

Lors de cette vespérale, nous proposerons la lecture de poétesses taïwanaises contemporaines, en bilingue, accompagnée de différentes possibilités de traductions en français. Cette présentation s’inscrit dans le prolongement de l’atelier de traduction de poésie en langue chinoise qui a lieu dans le cadre de l’ITEM depuis 2014 et sera assurée par les participants de cet atelier ; la lecture sera suivie d’une discussion sur la traduction poétique.

Coordination : Sandrine Marchand, maîtresse de conférences à l’Université d’Artois et membre de l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM – UMR 8132)

Avec la participation de : Emmanuelle Péchenart, Wou Yanan, Wang Chien-hui, Olivier Janin.

  • Emmanuelle Péchenart est traductrice littéraire professionnelle, ayant notamment traduit l’œuvre de Chang Eileen, des romans chinois et de la poésie ;
  • Wou Yanan est doctorante en thèse sur Henri Michaux, et mène des travaux de traduction en parallèle ;
  • Wang Chien-hui est doctorante en littérature française et comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle, et consacre sa thèse à la littérature taïwanaise ;
  • Olivier Janin est de retour en France depuis la fin 2018, après plus de vingt années de carrière professionnelle aux États-Unis, très loin du monde de la poésie, taïwanaise de surcroît.

Cet événement est organisé dans le cadre du programme Spotlight Taiwan.

Exposition (畫展)

 Hsi Muren (席慕蓉)

Poème lu par Wou Yanan et Sandrine Marchand.

Hsi Muren est mongole d’origine, née en 1943 au Sichuan. Ses parents ayant quitté la Chine pour Hongkong, puis Taïwan, elle poursuit ses études au département des Beaux-Arts de l’Ecole normale de Taïwan, entame ensuite une carrière de peintre et expose dans différents pays, couronnée de nombreux prix, notamment le premier prix de l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Elle enseigne à l’Ecole Normale Hsinchu de Taiwan avant de devenir artiste à temps plein, toute son activité consacrée à la peinture et à la poésie. Elle publie, outre des volumes d’essais et de poésie, plus de cinquante recueils de peinture. Depuis une vingtaine d’années, elle se consacre à l’étude de sa terre d’origine, la culture mongole ancienne est devenue son thème de prédilection.

Le vent n’est pas le vent (風  非風)

Par Chen Yu-hong (陳育虹)

Poème lu par Wang Chien-hui et Olivier Janin.

Née en 1952 à Kaoshiung, de parents venus de Chine, Chen Yu-hong parle shanghaien, mandarin, anglais et un peu français. Elle vit entre Vancouver et Taipei. Elle a été marquée par la poésie féminine américaine. Sa poésie est aussi influencée par la musique. Le recueil Je te l’ai déjà dit est paru chez Circé en 2018.

Typhon (颱風)

Par Ling Yu (零雨)

Poème lu par Wang Chien-hui et Olivier Janin.

Née à Taipei en 1952, diplômée de lettres chinoises de l’Université Nationale de Taiwan, Ling Yu a ensuite étudié et enseigné aux Etats-Unis. Elle a publié une dizaine de recueils de poésie dont Les compositions associées des villes, 1990, Quelques calculs concernant le pays natal 2006, La lumière de la peau (膚色的時光), 2018. Avec Hsia Yu 夏宇, c’est une des poétesses les plus influentes de sa génération. Elle manie les rythmes, la syntaxe et l’humour avec beaucoup de dextérité. En français, on peut lire ses poèmes sur le site de Terre à ciel. Un recueil intitulé Terres sauvages est à paraître chez Circé en 2022.

Le trou (洞)

Par Yan Ai-ling (顏艾琳)

Poème lu par Wou Yanan et Sandrine Marchand.

Yan Ai-ling est née en 1968 à Tainan. Diplômée d’histoire et d’écriture créative, elle a ensuite enseigné dans diverses universités, et travaillé dans l’édition de revues. Elle s’intéresse à la musique populaire et au théâtre, elle a écrit de nombreux recueils de poésie et reçu des très nombreux prix littéraires.

Les amants (戀人們)

Par Liao Mei-hsuan (廖梅璇)

Poème lu par Wang Chien-hui et Olivier Janin.

Née en 1978, Liao Mei-hsuan est diplômée d’Histoire et de Langues étrangères. Elle dirige une revue, écris des proses et des critiques de livres, traduit et mène une vie normale. Un recueil intitulé Dialogues des oreilles (雙耳的對話) a paru en bilingue aux éditions Neige d’août en 2015.

Sans titre

Par Tung Shu-ming (董恕明)

Poème lu par Wou Yanan et Sandrine Marchand.

De mère Puyuma, de père Han, Tung Shu-ming est née en 1971 dans le district de Taidong, et appartient à la tribu des Pinaseki. Elle est diplômée du département de lettres chinoise de l’université Tunghai, et enseigne à l’université de Taidong, après avoir écrit une thèse de doctorat sur la littérature aborigène. Elle écrit des poèmes et des essais. Elle a déjà publié plusieurs recueils.

Les deux premières secondes du printemps (在春天的前兩秒鐘 )

Par Lin Yu-hsuan (林禹瑄)

Poème lu par Wang Chien-hui et Olivier Janin.

Lin Yu-hsuan est née en 1989 à Tainan. Elle a déjà publié plusieurs recueil de poèmes et reçu plusieurs prix. Elle est aussi membre de la revue de poésie Fengqiu 風球詩雜誌.

Discussion et conclusion

Discussion sur la traduction poétique et conclusion de l’atelier.

Français